Authenticite vs Perfection

Date

Les injonctions de miss ou mister “PERFECTION”, qui ne les a pas en tête ? N’êtes-vous jamais rattrapé par ce besoin de plaire, d’être performant, fort, que les autres vous valident…?
Et comment vous sentez-vous en sa compagnie? Perso, plutôt guindée, effacée, en retenue, muselant les parts de grain de folie ou les parts vulnérables.
Madame perfection en a ras-le-bol de son masque! Et vous savez quoi? En fouillant dans son armoire, elle a trouvé un passage secret qui l’a amené à faire une rencontre disons à la fois énergisante et apaisante. Oui mon capitaine, les 2 à la fois!
🙋‍♀️Alors mesdames et messieurs, aujourd’hui, la perfection va s’effacer et laisser entrer la fraiche tornade “AUTHENTICITE”. Je l’aime moi, Authenticité. Elle est fraîchement imparfaite, elle déboule et nous rend humain avec toutes nos émotions!
Et vous savez quoi? Mme perfection est heureuse de la voir débarquer, elle se sent soulagée et l’admiiiire ! Mme Authenticité est LIBRE!

C’est cette authenticité que prône le mouvement #jobdeletre #montretonchelou #cestquoietretoi lancée par un groupe de femmes très inspirantes dont mon amie Alex pour les Trotrobelles ou encore Laura Nathalie – Badass Introvertie

J’ai envie de les rejoindre aujourd’hui car je trouve que nous avons besoin, plus que jamais, d’authenticité, pour construire le monde de demain!

L’idée change de ce que l’on a l’habitude de voir sur les réseaux : pas de chat faisant des acrobaties, pas de pétition, pas de coup de gueule, pas de citation, pas de bling bling ni d’images souhaitant montrer la perfection.
Aujourd’hui au programme: quelques mots (bon d’accord, il y en a pas mal…) pour se montrer soi-même, authentique, parfaitement imparfait(e). Parce qu’il est important de connaitre nos faiblesses pour comprendre les forces qui vont avec …
L’exercice est un bel exutoire, assez libérateur. Se montrer comme on est, sans jugement et c’est tout. Lire les textes des autres, c’est aussi se connecter aux autres et à soi, se reconnaître dans l’autre.
 
Du coup, être soi, c’est quoi?
 
Alors bien sûr il serait restrictif de se dire que tout est dans ce texte mais c’est déjà un morceau. Libre à chacun (e) de donner ce qu’il veut. Alors si ça vous tente, lancez-vous! 😉
 
Je vous livre le mien ( à 3ème personne : c’est fait exprès, ça fait partie de l’exercice):
 
« Être toi, c’est quoi? »
 
Être Audrey, c’est avoir envie de participer à ce mouvement et prendre 1 journée pour accoucher de quelques lignes en sachant que l’idée est de lâcher prise avec le regard des autres mais en faisant attention au choix des mots utilisés de peur du jugement…Bravo, ça commence bien…😉
 
Être Audrey, c’est se dire que ce ne sont pas les autres qui reconnaissent notre valeur, que ça vient de l’intérieur mais néanmoins être dans la retenue.
 
Être Audrey, c’est tâcher de ne pas montrer sa sensibilité pour éviter qu’on en fasse mauvais usage, c’est aussi adorer ces émotions et ces larmes qui montent devant un bon film ou encore un dessin animé et se sentir très vivante de les ressentir. C’est rester à l’écoute et en soutien mais aussi remettre les pendules à l’heure avec ceux qui confondent gentillesse et faiblesse.
 
Être Audrey, c’est avoir de grands moments de révélation et rêver d’un enregistreur à pensées pour pouvoir se repasser l’enchaînement d’association d’idées super puissant qui vient de la faire kiffer, tellement elle vient de refaire le monde en 2 minutes dans sa tête. Vous savez, c’est un peu comme sur Google Earth en passant de la galaxie à l’infiniment en se disant qu’avec tout ça, elle va pouvoir écrire LE livre de SF façon Christopher Nolan et être dégoûtée de ne plus se souvenir de la moitié de ce qu’elle avait en tête dès qu’elle est sortie de son trip et de retour dans le présent.
 
Être Audrey, c’est voir des liens et des symboles partout et savoir que même si une situation semble inextricable, en laissant macérer le sujet en arrière-plan, la solution va arriver en mode “eurêka”.
 
Être Audrey, c’est avoir plusieurs centres d’intérêt et projets (ben oui, l’illustration, le dev perso, mais je peux ajouter l’herboristerie, l’éducation…) , l’envie de les rassembler, la conviction que tout est faisable et qu’elle est assez badass pour tout gérer.
 
Du coup, c’est garder son calme en faisant le tri entre ce qui est important, urgent ou pas et garder le focus sur ses priorités mais s’épuiser à quand même garder le reste en charge mentale. C’est poser la 1ère pierre de la vision type “cathédrale” qu’elle a dans la tête et être dégoûtée du fait que ça ne ressemble à rien et en même temps sortir la guerrière persévérante pour ne rien lâcher.
 
Etre Audrey, c’est aussi être en terre de contraires:
– c’est savoir que se bouger, ça fait du bien mais être capable d’oublier, quand elle est à fond dans sa tête, qu’elle est incarnée dans un corps bien vivant dont il est important de prendre soin.
– c’est être tiraillée entre la créative acharnée de travail prête à prendre des risques pour ses rêves et la mère protectrice qui assure le bien-être du cocon.
– c’est rêver de décroissance intelligente mais culpabiliser de ne pas en être assez actrice.
 
Être Audrey, c’est aimer l’équilibre, le juste milieu, arriver à comprendre plein de points de vue différents et à la fois être soûlée de ne pas assez prendre position, sans faire de vague…et puis d’un coup, quand c’est la goutte d’eau
 
Être Audrey, c’est avoir besoin de temps pour soi, toute seule!!, se régénérer en musique quand les interactions l’ont vidées mais avoir besoin de voir du monde quand la batterie est pleine. C’est aussi culpabiliser du temps dont elle a besoin pour elle et qu’elle ne donne pas à sa famille pendant ce temps…C’est du coup tout lâcher pour passer de précieux moments en se souvenant que le plus important, ce sont ses proches!
 
Être Audrey, c’est ne pas vouloir perdre son temps en conversations qui restent en surface, c’est aimer construire des amitiés, en petit nombre mais solides. C’est aussi passer du temps à fouiller dans les coins de sa personnalité.
 
Être Audrey, c’est être une command & control freak qui se soigne, qui ne supporte pas le bordel mais cherche quand même à lâcher prise parce que c’est épuisant ce fouttu contrôle…
 
Être Audrey, c’est adorer voir la Beauté aussi bien en fermant les yeux avec les images qui se créent dans sa tête qu’en les ouvrant sur la Beauté, le soleil qui traverse les feuilles des arbres, les textures, les parfums des glycines (c’est le moment, non? ;))
 
Être Audrey, c’est se dire que cliquer sur “publier”, c’est un pas vers une forme de liberté 😉

Plus de
réflexions